AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quinn >> fiche de présa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 52

Date d'inscription : 05/10/2016

Localisation : crédit : sweet disaster


MessageSujet: Quinn >> fiche de présa   Mer 5 Oct - 17:53

Quinn, Aria, Kaitlyn, Wellington
ft amber heard - @ herjuliwii
nom :
Wellington, un patronyme célèbre autrefois dans le monde de la politique. C'est aujourd'hui le glorieux symbole d'une marque immensément répandue sur les luxueuses terres de l'Eden.
prénom(s) :
Quinn, pseudonyme dérivé d'un terme semblable signifiant « reine ». Aria, quatre lettres suscitant l'imagination et la créativité. Kaitlyn, le second prénom de sa génitrice.
surnom :
Très rarement, Kait'.
âge :
Vingt-six ans, l'âge de son apogée en tant que créatrice en vogue.
date & lieu de naissance :
Le deux janvier deux mille dix-sept dans une luxueuse suite de l'upper east side, à New York.
origines & nationalité :
Si la jeune femme est née sur le sol américain, du sang de l'aristocratie russe coule dans ses veines.
lieu d'habitation :
Nymphea Island, dans un palace de verre (Eden).
situation financière :
On ne peut plus aisée.
emploi, études :
Styliste de renom, la plus célèbre et appréciée de l'Eden, directrice de Wellington Design et propriétaire de sa propre boutique de luxe où ne sont exposées que ses créations.
orientation sexuelle :
Hétérosexuelle, bercée d'illusions.
situation civile :
Célibataire, autrefois fiancée à un homme qui l'a abandonnée devant l'autel, laissant son cœur en friche.

It's an eternal suffering, an

eternal resumption.
Anecdotes

Fille aînée d'un politicien américain et d'une mannequin russe tués dans un accident de voiture une nuit d'hiver de l'année 2042.
Fiancée dès l'âge de vingt-deux ans à Daniel, héritier de la grande fratrie des Da Russo.
A toujours rêvé d'étudier à Yale, dans le Connecticut, mais ses projets n'ont pu se concrétiser compte-tenu de l'énorme catastrophe nucléaire.
A toujours eu un goût très sûr en matière de mode.
Possède un dressing s'étendant sur plusieurs pièces dont rêveraient de nombreuses femmes et jeunes demoiselles.
A décroché de nombreux contrats de mannequin dans son adolescence, devenant parfois l'égérie de célèbres marques de l'Eden.
Pose la plupart du temps pour les campagnes de publicité de Wellington Design et participe sans conteste à chacun des défilés de son entreprise.
A rompu tout lien avec Eva, sa cadette, repartie au bras de son fiancé à peine un an après l'annonce de l'heureux évènement.
Possède peu de conquêtes masculines à son actif et estime de ce fait être de plus grande valeur.
Véritable femme d'affaires, prête à tout pour sa carrière.
Très intriguée par la population du tombstone, elle s'y rend de temps en temps sous le pseudonyme d'Aria. Là-bas, dans les bas fonds de Phoenicia, personne ne connaît sa véritable identité.

 
Caractère

AMBITIEUSE : Quinn est une jeune femme aux prunelles tournées vers l'horizon. Ayant de grands desseins à l'esprit, elle se montre parfois bien trop exigeante envers elle-même, mais également envers les autres. Son truc, c'est de placer la barre très haut. L'aînée de la fratrie Wellington aime à penser que son talent est unique, inimitable et qu'aucun concurrent ne lui arrive à la cheville. Dans sa vie personnelle, la belle est tout aussi pointue et sélective, ce qui lui vaut de nombreuses déceptions.
CRÉATIVE : Depuis son enfance, la jeune Wellington représente à elle seule une source d'idées toutes plus brillantes les unes que les autres. Destinée, pour ses proches, à un grand avenir, elle n'a cessé de cultiver cette caractéristique tout au long de sa vie.
SPONTANÉE : Le naturel demeure une qualité qu'on ne peut lui enlever. Les paroles se déversent d'entre ses lèvres au gré de ses sentiments et émotions.
RANCUNIÈRE : Le pardon, un terme qu'elle ne connaît définitivement pas. Quinn est loin d'être une adepte des secondes chances ; elle n'y croit tout simplement pas. Le maître mot : ne commettre aucune faute.
OBSERVATRICE : La jeune femme est un véritable caméléon. À l'aise dans tous les milieux sociaux, on ne lui devinerait pas cette éducation si stricte et poussée qu'on lui a délivrée.
MANIPULATRICE : Si la belle pouvait sembler naïve et insouciante autrefois, Quinn a rapidement développé de grandes compétences en matière de manipulation. Si sa carrière l'y oblige, ses allées et venues au sein de tombstone ne sont qu'un moyen de les cultiver. Certes, d'une façon différente.
ENTIÈRE : Lorsqu'elle se livre dans une relation, qu'il s'agisse de véritables sentiments comme d'une simple amitié, la jeune femme donne sans compter.
REBELLE : Son enfance et son adolescence, rythmées par des règles et principes incontournables, la poussent parfois aujourd'hui à s'égarer du droit chemin.
ENJOUÉE : Quinn est une jeune femme que l'on voit rarement abattue. Elle s'évertue à dissimuler ses troubles et tracas aux yeux de tous, et ça lui réussit plutôt bien.
AUDACIEUSE : Lorsqu'elle désire quelque chose, la belle n'a plus de frontières. Déterminée, elle emploie bien souvent des moyens dévoilant des facettes qu'on ne lui soupçonnerait pas.





les répliques notables de Quinn.

1.
« Tu croyais vraiment que je n'y verrais que du feu Eva ? Tu pensais réellement que ça ne m'affecterait pas ? Et bien, détrompe-toi. »
2.
« Je te hais Daniel. Je te hais bien plus que je n'ai pu t'aimer. »
3.
« Ce n’était qu’une partie d’échec dans laquelle je n’étais qu’un vulgaire pion que tu devais renverser pour aller prendre la reine. »
4.
« Je vous présente Wellington Design, ce pour quoi j'ai travaillé si dur ces quatre dernières années, l'ambition d'une vie. »
5.
« Des roses, gage d'amour éternel ; et des lys, gage de tendresse. Vive la mariée... »


qui se cache derrière l'écran ?

prénom :
Céline.
pseudo :
Frénésie.
âge :
Twenty-one, guys.
scénario,pv, personnage inventé :
Personnage inventé.
multicomptes :
Aleksa Marlowe, Hadès Cersei-Hawkins, Valentina Callaghan, Matthew Oswald-Bower, Jade Vranken, Teodor Angueloff.
fréquence de connexion :
Régulière.
comment as-tu trouvé wof :
Quelle question.
le mot de la fin :
Full love.


code by pyramids @phoenicia for wheel of fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 52

Date d'inscription : 05/10/2016

Localisation : crédit : sweet disaster


MessageSujet: Re: Quinn >> fiche de présa   Dim 16 Oct - 12:31

L'histoire de Quinn - God, she's a poisonous pink.


juste avant la fin du monde 2017/2030. - When we were a team.

Un sourire étirait ses lèvres rosées et son profil était inondé par la clarté du soleil. Avec délicatesse, Quinn fit glisser ses doigts dans sa chevelure blonde. Assise dans le salon de la luxueuse suite, elle portait une petite robe resserrée sous la poitrine et fredonnait tout bas les paroles de Modern Love. Cette conduite pouvait surprendre ; Quinn n'aimait pas beaucoup David Bowie. « Tu as entendu la conversation que Papa vient d’avoir au téléphone ? » demandait soudainement sa cadette.  La jeune fille haussa les épaules, fixant d’un air absent la petite tête brune d’Eva. Elle tenait sa poupée dans ses bras et une mèche rebelle s’était réfugiée sur son visage. « Non, pourquoi ? » répondait-elle sur un ton qui trahissait l’ampleur de son indifférence. Elle avait toujours trouvé que chacun des sujets auxquels s’intéressait la petite fille étaient emplis de futilités. Des bagatelles dont elle n’avait que faire mais qui visiblement avaient une importance considérable aux prunelles de la petite dernière de la fratrie. « Il n’avait pas l’air très content. Je crois que quelque chose de très grave est en train d’arriver. » « Ne dis pas de bêtises Eva. » […] « Quinn ! » criait subitement la dernière des Wellington. La jeune fille hésita à aller voir quelle terrible nouvelle mettait sa sœur et ses géniteurs dans cet état, mais la détresse qu’elle décela dans la voix d’Eva la fit obtempérer. Il y eut deux ou trois secondes pendant lesquelles le temps se figea. Deux ou trois secondes de grâce où ils étaient tous réunis comme avant. Où ils se souriaient. Où cette horrible catastrophe nucléaire n'avait jamais tué personne. Où elle n'était pas seule. Où les siens n’avaient pas disparus. Ces deux ou trois secondes où la vie était encore pleine de promesses. Car dehors un épais voile noir s’emparait déjà des dernières étincelles de vie New-Yorkaise, des édifices imposants et des gratte-ciels où, impuissante, elle observait le monde se dérober sous ses pieds.


phoenicia 2030 à aujourd'hui. - Love, between weakness and destruction.

Elle déambulait, le sourire aux lèvres, au milieu des tenues en satin blanc et des sous-vêtements en dentelle. Ses yeux grands et bleus, qui pouvaient pétiller d’innocence comme de mépris, brillaient pour l’heure d’un émerveillement sans nom. Quinn s’arrêta instinctivement sur une spectaculaire robe écrue qui semblait destinée tant à impressionner qu’à séduire, et laissa ses doigts vernis s’y promener. À cet instant précis, elle brûlait d’envie de l’enfiler et de faire tournoyer son corps merveilleusement délié au centre de la boutique. « Tu te rends compte ? » demandait-elle en pivotant gracieusement vers sa cadette. Quinn Wellington était une jeune femme avec de la classe et de très bonne famille. Une créature que la presse de l’Eden adorait et reconnaissait comme promise à un grand avenir. Elle se montrait courtoise et cultivée, et détenait pour beaucoup le titre de la femme parfaite. « Quoi donc ? » répliquait Eva, l’air évasive. Sa cadette était de loin la personne la plus belle, la plus indisciplinée et la plus exigeante qu’elle ait jamais connue. Ses cheveux bruns étaient relevés en un chignon soigné et dégageaient son port de tête aux traits fins et délicats. Postée un peu plus loin, elle admirait un voile en tulle et son visage était beau et lisse, comme toujours. « Je vais me marier… » déclarait-elle pensive. Quinn avait toujours su qu’elle tenait de sa mère, ou du moins, en avait le caractère. Elles étaient toutes deux ambitieuses et romantiques, tandis qu’Eva et son père étaient froids et terre à terre. L’espace d’un instant, la jeune femme crut voir un soupçon d’inquiétude altérer le visage de sa sœur, mais celle-ci reprit très vite son expression calme et posée. « N’est-ce pas une bonne chose ? » Elle était maintenant tout à fait attentive. Les pensées de Quinn vagabondaient de Daniel à sa cadette, se fixaient sur son fiancé pour revenir sur Eva, et ainsi de suite. Elle jouait avec le bracelet en or gravé dont il lui avait fait cadeau le jour de son anniversaire, révélant toute l’étendue de sa nervosité. Rien ne lui semblait réel à cette heure. Pas même elle-même. C’est pourquoi la silhouette de Daniel Da Russo se profilant au seuil de la boutique lui parut particulièrement irréelle. Elle leva ses prunelles azurées vers les lèvres du trentenaire, puis vers ce regard pénétrant qu’elle aimait tant. « Arrête donc de t’inquiéter ma puce. Tu feras une superbe mariée, tu le sais. » la rassurait-il, un large sourire étirant ses traits. Le cœur battant, elle poussa un soupir à peine audible. Les effluves du parfum de Daniel la décontractaient un peu. Il lui adressa un clin d’œil avant de se pencher plus près d’elle pour l’enlacer. Durant quelques secondes, elle sentit son souffle chaud au creux de son oreille. Puis il approcha son visage du sien et effleura ses lèvres. Elle eut un choc. Le contact de sa bouche l’avait électrisée, comme à chaque fois. Il la fixait intensément dans les yeux, de son regard vif et malin, réprimant un sourire. Il se pencha davantage permettant à la belle de presser ses lèvres de carmin contre les siennes. C’est exactement ça, pensa-t-elle. C’était exactement ça : la sensation qu’elle avait toujours recherchée. Elle vous traversait le corps jusqu’aux orteils et les faisait frétiller, juste un peu. « Tu ne devrais pas être là Daniel. On ne t’a jamais dit que ça portait malheur de voir la robe de mariée avant le jour J ? » Le trentenaire éloigna son visage et se redressa, lentement. « Bonjour Eva. » se contentait-il de répondre, le regard empli de reproches.

(...)

Elle sentit alors le sol s’effondrer sous ses pieds. Elle eut la nausée et un vertige la saisit, comme si elle regardait le vide du haut d’une montagne. Tout en s’efforçant de rester debout, elle ne put s’empêcher d’imaginer Daniel à genoux, amoureux et plein d’espoir, auréolé des effluves du parfum qu’elle aimait tant flottant dans l’air du soir. Mais présentement tout était réel, trop réel. Elle ressentit un pincement au cœur ; une sensation si douloureuse que sa cage thoracique se compressa. Sa gorge se noua et elle éclata en sanglots, ses larmes chaudes et salées traçant d’interminables sillons noirs le long de ses joues. Sa tristesse grandissait à mesure que son teint de porcelaine se ternissait, et sa poitrine montait et descendait prestement, au rythme de son souffle ponctué d’irrémédiables saccades. [...] Quelques heures plus tard, elle n’avait pas bougé d’un pouce quand elle entendit doucement toquer à la porte. Le visage d’Eva, avec son teint de lys, apparut dans l’entrebâillement de la porte. Ses yeux étaient aussi largement ouverts et absents que lorsqu’elle l’avait vue la dernière fois, dans les bras de son fiancé. Les deux sœurs ne s’étaient pas parlé depuis, mais ce n’était pas une surprise : Quinn ne désirait plus jamais entendre parler d’Eva, celle qui lui semblait désormais n’être plus qu’une étrangère. « Quinn… » tentait-elle avec prudence. Depuis quelques temps, en effet, la belle subissait les trahisons de sa cadette, laquelle avait eu une attitude de plus en plus digne et distante. Le sentiment de proximité qui les avait liées un jour avait cédé la place à un ressentiment voilé. Être interrompue dans l’expression de sa souffrance, qui était pour elle un moment sacré, lui paraissait un affront léger au milieu d’une foule d’autres offenses plus graves. « Qu’est-ce que tu veux, Eva ? demandait-elle sur un ton glacial. Elle glissa un regard vers le centre de la pièce, l’invitant, contrainte, à y pénétrer. Car ce qui était important pour sa sœur ces derniers jours n’avait aucun intérêt pour elle. Et de toute façon, ses pensées étaient déjà retournées à Daniel : pensait-il encore à elle ? Elle s’imagina poser sa tête contre son torse et sentir son souffle chaud contre sa chevelure. Plongée dans ses pénibles rêveries, elle n’écoutait plus sa sœur que d’une oreille. « J’ai quelque chose d’important à te dire. » énonça Eva d’une voix timide. La jeune femme fronça les sourcils et étouffa un rire. Elle était sur le point de lui demander de répéter – elle avait sans doute mal entendu – quand la dernière des Wellington lui prit la main. « Quelque chose d’important ? Comme le fait que tu couches avec mon fiancé ? C’est cela, Eva ? Où est-ce autre chose ? Qu’as-tu bien pu trouver pour me pourrir la vie cette fois-ci ? » Le visage de sa sœur s’assombrit, et ses yeux s’arrondirent sous le choc. Elle porta instinctivement sa main à la poitrine, laissant retomber celle de Quinn. Un sentiment de colère monta en elle et elle s’apprêtait à le retourner contre l’homme qui avait un jour été le fiancé de son aînée. Elle aurait pu répliquer que Daniel n’était qu’un imposteur, un homme qui, à peine sa proposition de mariage formulée s’était détourné. Mais elle n’en fit rien. Avec tous les romans qu’elle lisait, Eva aurait dû savoir que les plus beaux visages cachent souvent les pires traîtres. Elle avait mal interprété – erreur classique des jeunes filles – ce moment sublime où l'héritier Da Russo s’était soit disant amoureusement tourné vers elle, petite dernière des Wellington. Mais elle allait garder ce terrible sentiment pour elle-même. Il avait gagné : il l’avait brisée. Il lui avait retiré la prunelle de ses yeux, celle qui avait toujours été un modèle, une mère de substitution, sa sœur, Quinn. « Daniel est parti. Il m’a quittée. Il… » Elle se tue, comme si elle ne trouvait rien d’autre à dire à son sujet. Elle se mordit la lèvre et Quinn crut voir des larmes briller dans ses yeux. Consternant ! Comment Eva osait-elle encore se confier après tout cela ? Une ambiance morne et étrange régnait à présent dans le palace de verre. « Quoiqu’il en soit, sache que je suis désolée. Affreusement désolée Quinn, si tu savais… » La dernière des Wellington cherchait désespérément un moyen de démontrer à sa sœur à quel point les remords la dévoraient, mais elle avait beau essayer, rien ne semblait atteindre la jolie blonde. Elle faisait semblant d’écouter, le cœur en miettes et l’âme en peine. Elle ne pouvait détacher son esprit de son chagrin, incapable de lui expliquer le sentiment d’injustice qu’elle éprouvait et le besoin à la fois nouveau et irrépressible qu’elle avait de changer de vie. « Pauvre Eva, pauvre petite Eva. C’est une chose à laquelle tu aurais dû réfléchir avant d’aller le rejoindre dans ses draps, avant de me mentir, encore et encore, avant de… » Elle soupira avec tristesse et lassitude, les mots lui manquaient. Les prunelles éteintes de sa cadette la contemplaient. L’idée de lui faire du mal la hantait et lui était si intolérable qu’elle la chassait continuellement de son esprit. Elle hésita, puis pris une grande inspiration pour se donner du courage. «  Tu ne me pardonneras dont jamais ? » La jolie brune sentait sa voix s’étrangler et ses yeux s’embuer. À cet instant ils étaient sombres, soulignés de maquillage et brillaient d’une sensibilité peu commune. Ce n’était pas la première fois qu’Eva fondait en larmes devant l’attitude impénétrable de Quinn, mais c’était bien la première fois que ça la terrifiait. Elle essayait, en vain, d’attirer l’attention de son aînée qui s’appliquait habilement à tout regarder autour d’elle, sauf sa cadette. « Sors d’ici. » répondait-elle seulement avant de disparaître dans le long corridor aux mille et une dorures. Alors Eva observa Quinn une dernière fois pour imprimer son souvenir dans sa mémoire ; car peut-être ne la reverrait-elle plus jamais.


exemple de rp (500 mots minimum).

u.c



code by pyramids @phoenicia for wheel of fate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quinn >> fiche de présa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Harley Quinn
» Fiche en onglets
» Fiche de présentation HTML qui ne veux pas se poster
» Une fiche de pub avec un tableau en 2 lignes
» problème de fiche HTML

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fateofwheel :: welcome to phoenicia :: First steps in Phoenicia :: ► behind the scenes :: le foutoir de céline-
Sauter vers: